Couture et lifestyle à travers le monde

Le Do It Yourself

La complexité du DIY (fait le toi même)

Parce qu’aujourd’hui, c’est accessible à tous, et ça, c’est chouette. C’est vrai que les bases de la couture s’apprennent plutôt vite et internet déborde de tutos et de cours en ligne. Mais la question que je me pose aujourd’hui c’est : bonne ou mauvaise chose ?

De partir loin de mes habitudes m’a fait réaliser la démesure de consommation dans laquelle nous vivons. Je suis la première à adorer m’acheter de nouveaux vêtements, et surtout chaussures et sacs. Enfin, un peu tout quoi. 

Je me retrouve donc confrontée à n’avoir qu’une paire de chaussures et les vêtements choisis pour partir. Sur place, je n’ai acheté que deux vêtements, et ils étaient « utiles ».

Je m’étais mis dans la tête que nous allions faire 8 mois d’été or, même au printemps à 4000 mètres d’altitude, il fait froid. J’ai donc investi dans une polaire et un poncho. 

Pour le reste rien. Pas une seule jupe, pas une seule robe, pas une seule paire de chaussures, et pourtant.. Ici, les prix sont attractifs et nous avons fait pas mal de lèche-vitrines pour me donner des envies, des idées, des inspirations. Mais je n’ai rien acheté. Parce que j’avais tout ce qu’il fallait dans mon sac à dos.

La bonne chose

Si le voyage m’a fait réaliser quelque chose, c’est que je n’ai pas besoin de m’acheter une robe tous les deux mois. Mais surtout que je suis capable (j’ai quand même un diplôme de chef costumière) de réaliser les vêtements dont j’avais envie et surtout besoin. Combien de fois je suis allée dans des magasins en ne trouvant pas ce que je voulais parce que je savais exactement ce que je voulais. Pourquoi je ne l’ai pas fabriqué ? Par manque de temps peut-être. C’est ce qui nous manque le plus en ce moment, le temps. Mais quand je vois qu’il y a plein de filles qui font elles-mêmes leurs propres vêtements, cela me ravit. Et j’ai envie d’en faire autant. Bien entendu, il est plus facile de rester sur son canapé et de commander quelque chose qu’on aime sur internet, mais la facilité n’est pas toujours une bonne chose. 

Le DIY évolue, il devient écologique. Les lingettes en tissu remplacent les lingettes en coton et diminuent les déchets. Il est possible de recycler un nombre de choses inimaginable plutôt que de les jeter. Alors c’est comme ça que j’ai aussi envie de vivre maintenant. Peut-être parce que j’ai vu des plages remplies de déchets, des gens jeter de tout par la fenêtre du bus comme si les montagnes qui nous entouraient étaient une immense poubelle. Ou peut-être parce que je me rends compte que c’est maintenant qu’il faut agir.

 

 

La mauvaise chose

Malheureusement, le DIY peut être aussi une mauvaise chose. Il ne faut pas penser économie. Car non, vous n’allez pas pouvoir faire une super robe au même prix que vous allez la trouver sur Wish par exemple. J’ai eu des filles qui rentraient dans mon atelier en me demandant si je pouvais leur faire la même robe qu’H&M pour 20€. Mais 20€, je ne paie même pas le tissu. Alors quand je vois que les filles -ou garçons- cherchent toujours les tissus de plus bas prix quitte à acheter sur des sites chinois pour ne pas acheter l’accessoire sur Amazon, ça part d’une bonne volonté mais au final, cela revient au même. 

Le vrai DIY pour moi, c’est d’aller à la mercerie en bas de chez soi (dédicace à Arrow Workshop Toulouse pour son coup de gueule récent). On sait d’où viennent leurs produits. Faire du Made in France avec des tissus achetés sur Amazon, malheureusement, ce n’est plus du tout du Made in France. Parce que même dans le DIY, il y a ce fonctionnement de sur-consommation dont je suis la première victime. Par contre, essayer de changer ça, c’est encore mieux. 

Une jupe à 5€ chez H&M, c’est chouette quand on n’a pas de sous. Mais quand on y pense, c’est une aberration. Alors, avec le temps de travail et les matières premières, si je fais la même jupe, elle va revenir à 35€ mais au moins, elle sera faite main. 

Transformer les mauvaises choses en bonnes choses

Ce n’est pas une leçon de morale, loin de là. C’est juste une réalité. Le recyclage devient crucial et les idées sont là. Acheter du tissu comme on achetait des vêtements, c’est recréer le même fonctionnement. Le tout est de raisonner. Je dis ça, mais je suis la première à craquer sur mille tissus, qui sont toujours dans des cartons. Mais si on changeait un peu ? En rentrant je vais essayer de faire des tutos de recyclage, de donner des idées de réels Made in France. 

Le coût est peut être un peu plus élevé mais vous savez que vous allez pouvoir garder ces vêtements. Réparer des vêtements est aussi important. J’ai vu des transformations réalisées par des réparateurs de chaussures en Amérique du Sud. Ces réparateurs sont des magiciens. Nous, les semelles sont trouées, poubelle et bonjour nouvelle paire ! Ce sont ces toutes petites choses qui sont essentielles. 

Et vous ? Vous avez des idées ? Des envies ? Des choses que vous aimeriez que je vous montre ? Que je vous aide à réaliser ? Dites-moi tout, vous allez m’inspirer !

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu