Couture et lifestyle à travers le monde

We Found It Vintage

Ma première interview

Ils sont deux, ils sont beaux, pleins d’inspiration, de nouvelles idées et surtout, du bon goût !
Je suis allée chez eux, dans leur appartement-atelier, pour leur poser des questions et en savoir plus sur ces deux collectionneurs de vêtements chinés. Jones et Laurie m’ont accueillie autour de leur joli salon vintage, c’est parti !

We Found it Vintage, c’est quoi exactement ?

Jones : C’est notre vintage shop (je n’aime pas dire friperie) en ligne où on essaie de transcrire notre style, notre univers à travers des pièces qui datent d’un autre temps. Le style est assez minimaliste et contemporain en même temps avec le respect des matières nobles. 60, 70, et 80 sont les années que l’on trouve le plus souvent.
Laurie : C’est aussi beaucoup sur l’intemporel, on aime beaucoup les basiques qui ne se démodent jamais et que l’on retrouve dans toutes les grandes enseignes.

Est-ce que le concept vous est venu parce que vous adorez fouiller ou que vous n’aimez pas savoir qu’il existe autant de vêtements orphelins ?

Du coup, c’est un peu des deux. Il nous est venu en Angleterre, parce que là-bas, tu as plus de friperies que de H&M. Le vintage est omniprésent, même dans les boutiques, les bistrots, il y a toujours une atmosphère chinée. Le style vintage est présent, du meuble aux vêtements.
Et ce n’est pas un phénomène de mode. En France dans les friperies, la moyenne d’âge est de 18 à 35 ans alors que là-bas, c’est une boutique à part entière. Et on avait adoré ça, cela se ressent d’ailleurs dans leur style, ils ont une liberté qui est géniale.
Laurie : On est quand même dans une démarche de moins de déchets, réutiliser ce qui a déjà été fait avant, donner une seconde vie à un vêtement.
Jones : C’est vrai, pourquoi racheter quelque chose qui est une copie d’un autre temps, alors que ça existe déjà ? Surtout que si cette pièce a tenu depuis les années 80, ça veut dire qu’il lui reste pas mal d’années à vivre !

Vous-même achetez des vêtements neufs ou vous êtes totalement dans une démarche vintage et donc un peu écolo à la fois ?

Laurie : On est en transition, parce qu’on adore faire du shopping et puis il y a la facilité. Je suis aussi vendeuse donc je suis totalement soumise à la consommation mais j’essaie. Il faut aussi qu’on essaie de montrer l’exemple. Maintenant quand j’ai besoin de quelque chose, j’ai envie de le chiner.
Jones : C’est un réflexe à prendre aussi, d’aller chiner plutôt que de chercher la facilité. Mais ça vient de plus en plus, on n’a pas acheté quelque chose de neuf depuis plusieurs mois maintenant, donc on est sur la bonne lancée.

Quand vous fouillez, vous vous dites plus souvent : « oh mon Dieu que c’est laid ou oh mon Dieu c’est magique ! » ?

Laurie : On trouve tellement de trucs moches, c’est hallucinant ! On ne fait pas un métier facile, vraiment, on trouve beaucoup de choses très laides.
Jones : Vraiment beaucoup de choses super dégueulasses : entre les trucs moches, les trucs en mauvais état et les trucs tachés, le tri n’est pas facile à faire.
Laurie : On a quand même trouvé un pressing qui est génial, qui arrive à nous détacher nos trouvailles chouchous. Et si ça ne marche pas, on les met en relais, ou on les donne. Par souci de temps on ne s’est pas encore bien penché sur la customisation, mais on y a pensé. C’est pour ça qu’on a aussi fait appel à toi. On a un demi-portant de choses à customiser !

Vous pouvez définir un style de vêtements que vous choisissez ?
On n’a pas un style précis.

Jones : Il y a quand même des trucs qui reviennent. Pour l’homme c’est plutôt une inspiration de vêtements de travail anciens ou de vêtements militaires détournés. Il faut savoir que la mode vintage homme est très difficile à trouver. Il y a très peu de vêtements vintage d’homme. Les hommes consommaient peut être moins avant que maintenant. Je suis super obsessionnel des pantalons à pinces aussi, mais le style homme reste très linéaire.
Laurie : J’ai l’impression que l’homme est plus marqué que la femme. La femme est beaucoup plus éclectique parce que même moi je m’habille complètement différemment chaque jour, selon mon humeur. J’aime les vêtements, cela va un peu au-delà du style. J’aime les mélanger ou changer. On aime bien ce qui est basique ou intemporel. Après, il y a des pièces magiques, difficiles à porter mais c’est souvent des pièces de grands créateurs qui sont uniques et donc on ne peut pas les laisser filer.

Y a-t-il une couleur que vous trouvez super difficile à porter ?

Non, on aime vraiment toutes les couleurs. Il y en a qui sont difficiles à prendre en photo, mais au niveau du style, on est plutôt ouvert.
Jones : Moi j’ai un petit contentieux avec le violet, mais je suis en train d’évoluer là-dessus.

Est-ce que vous fouillez en cherchant les tendances de l’année ou vous restez toujours dans votre style ?
On fait les deux. On aime bien regarder surtout les défilés, les fashion weeks. Mais ce n’est pas pour se calquer, c’est juste pour les traits communs. On suit quand même nos envies et nos goûts. Et puis, on lit pas mal et on est curieux là-dessus, donc on est influencés mais on évite le « copier coller ».

Pour vous, le vintage c’est ?

C’est beaucoup de choses.
Laurie : C’est quelque chose qui peut parler au plus grand nombre et pour plein de raisons différentes. Le vintage c’est pour les gens qui aiment les vêtements qui ont une histoire, ceux qui aiment les belles matières, ceux qui aiment consommer mieux, ceux qui aiment s’habiller avec de petits budgets. Ça parle à toutes les générations à la fois.
Jones : Le vintage c’est un peu l’avenir pour moi. L’avenir de la consommation. On a passé l’époque de la surconsommation, maintenant il y a du stock, autant l’utiliser.

Votre concept en 3 mots ?

Intemporel, basique et unique.

C’est beau de finir sur ces trois mots. Comme durant cette interview, qui était drôle, pleine d’échanges et de rires.
Leur concept est intelligent, leur esprit est bon et leurs vêtements sont beaux.
Ils ne vous manque plus qu’à aller découvrir leur boutique en ligne.
Et n’oubliez pas de vous y rendre régulièrement pour ne pas passer à côté du chemisier de votre vie, de la jupe de vos rêves, de la veste indémodable ou encore du tee-shirt trop oublié. Ils font les brocantes pour vous et vous sélectionnent des vêtements aux petits oignons.
Nous avons des projets ensemble, maintenant ils créent aussi leurs propres vêtements uniques, avec du tissu chiné et des créations faites par mes petits doigts. Je suis sûre que ce n’est que le début de cette belle aventure, à suivre de très près !

Vintage, nostalgie, amour, mode et couture, bonne journée les amis !

Laisser un commentaire

Fermer le menu