Les bonnes résolutions !

Aujourd’hui, j’ai jeté mes mails. Depuis un mois chaque jour, je vais dans ma boîte mail et je jette des mails. J’avais plus de 20 000 mails non lus, mais toujours pas dans ma corbeille. Qui elle, n’était jamais vidée. 
Puis je me suis pris une claque en voyant qu’une recherche Google est égale à une dépense énergétique équivalente à lorsqu’on fait cuire des pâtes. Oui, la même énergie est demandée à notre planète quand on fait bouillir de l’eau, que quand on fait une recherche Google, c’est fou non ? Repense au nombre de fois où tu t’es dit : « Non mais c’est bon, on cherche sur Google, je vais jamais trouver ! » T’imagines le nombre de repas ?

Être écolo, c’est jeter ses mails !

Bref, je me suis donc pris une claque en voyant ça, puis j’ai regardé mon portable, et j’ai vu le nombre de mails non lus, et je me suis dit que c’était une catastrophe, en vrai ? J’ai eu honte !
Alors tous les jours depuis, je prends un quart d’heure de ma journée pour jeter mes mails puis vider ma corbeille. Il ne m’en reste plus que 700, franchement, c’est plutôt pas mal non ? Parce que je partais de loin. Et d’ici moins d’une semaine, ce sera complètement fini !

Ah, ma zone de confort..

Tout ça pour vous dire que j’ai jeté mes mails. J’ai donc fait un retour en arrière, un bond dans le passé. Aujourd’hui, j’ai retrouvé des mails de 2015 qui m’ont fait complètement rougir, bondir, enfin bref, encore une fois, la honte. J’avais des reçus de commandes Amazon.
Eh oui, personne n’est parfait. Il y a 5 ans, je n’avais pas un sou en poche, je m’émancipais de chez mes parents et j’ouvrais une boutique. Tout ça en même temps, oui !
Sauf que j’avais la fièvre acheteuse de ouf, j’aimais m’acheter des vêtements, j’aimais profondément faire des cadeaux, sans aucune raison, ni aucune occasion. 

Alors Amazon était mon bonheur. Je trouvais des vêtements pour 1 ou 2 euros, des livres pour 50 centimes, enfin bref, c’était le bonheur total pour moi. Bien entendu, une fois les vêtements reçus, il y en avait un sur deux qui était inmettable, d’autres pas à ma taille, mais alors pas du tout, mais j’ai quand même eu quelques bonnes surprises. 
J’avais un compte avec ma carte enregistrée à l’intérieur, tu sais, le genre de compte où tu fais ton achat et l’argent s’envole sans même que tu t’en rendes compte, mais ce n’est pas grave, c’est que 3 euros. Oui, mais 3 euros, 3 fois par semaine, ça fait 9 euros par semaine, et ça chaque semaine, ça fait 36 euros par mois et du coup ça fait aussi 432 euros à l’année. Et quand tu touches 500 euros de Pôle emploi, ça fait presque un mois de salaire qui est parti dans les conneries Amazon. 

Le regret

Je sais, c’est mal. Mais je ne me rendais pas compte, j’adorais, vraiment. 
Jusqu’au jour où, avec mon amoureux, on manquait vraiment beaucoup d’argent. Du genre, le samedi après-midi, on avait le choix : on se partageait un café en terrasse ou on achetait du fromage râpé pour les pâtes et tant pis pour le café. Bref, je ne me plains pas, c’était une période, ça apprend à vivre.
Mais du coup, à ce moment,  je me suis dit qu’il fallait que j’arrête Amazon, pas par souci écologique, mais par souci financier.  J’ai donc supprimé l’application, et je ne me suis plus jamais reconnectée.

Le voyage

Mais deux ans plus tard, après avoir remonté la pente, trouvé un nouveau travail et économisé, nous sommes partis, mon amoureux et moi en voyage en Amérique du Sud. Et là, vous voyez la claque que j’ai pris quand j’ai su pour Google et l’eau qui bout ? Ben, je me suis pris une claque 1000 fois plus grande. La claque qui te fait tourner la tête en entier. 

Je me suis rendue compte du fléau qu’était la pollution. De la catastrophe du plastique qui gâchait tous les plus beaux endroits d’Amérique latine. Mais on ne le voit pas sur Instagram, forcément, ce serait trop facile.
Je me suis aussi rendue compte que l’éducation au niveau pollution de l’autre côté de la planète était complètement inexistante. Et en même temps, c’est sur ce continent qu’on envoie toutes les voitures polluantes que l’on ne veut plus ici. Mais je ne comprends pas, ce n’est pas parce qu’ils habitent dans un autre continent qu’on n’a pas la même planète, non ?

Prends donc quelques injections de pollution !

C’est quoi le problème ? On leur envoie notre pollution en se disant que ça ne sera pas répercuté sur nous étant donné que chacun se regarde le nombril ?
On est tous sur la même planète, on est tous ensemble, on ne devrait pas avoir le droit d’envoyer nos déchets, nos voitures polluantes et bien d’autres choses sur un autre continent pour que le nôtre soit plus beau, c’est trop facile. 
Cette claque m’a aussi fait réaliser que pendant 8 mois, le temps de mon voyage, je n’ai rien acheté. Non, je mens, j’ai acheté une polaire parce que je mourrais de froid dans les déserts et un poncho parce que Pérou oblige ! 

Mais je n’ai eu besoin de rien, et cela fait maintenant deux ans que je suis rentrée et deux ans que je n’ai acheté aucun vêtement neuf. 
Si j’ai besoin, je vais sur Vinted, et le Boncoin. Ou si je veux me faire vraiment plaisir, j’achète une jolie pièce Made in France, quand je peux me le payer. J’essaie de faire pareil pour les meubles, la déco, le plus possible. 
Ce n’est pas toujours évident, mais ça se fait. 

Alors tout est parti du fait que je faisais un tout petit geste pour la planète, qui était de vider mes mails et en fait, ça m’a fait réaliser que j’ai fait un petit parcours depuis cinq ans. C’est loin d’être suffisant, mais si chacun faisait des tout petits gestes accessibles et à la portée de tous, ce serait déjà une grande avancée.

D’ailleurs en parlant de ça, niveau surconsommation et pollution, Noël est une période adorée par les anti-écolos (je sais même pas si ça existe !), alors si vous voulez faire un cadeau plutôt made in France, pour tous les budgets et plutôt écofriendly, j’ai trouvé cet article. Nhésitez pas à aller y faire un tour !

Et toi ? C’est quoi ton petit geste quotidien ?
En tout cas, sois en fier.e !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

MENU

Plan du Site | Mentions légales